interdit

L’Ile Maurice représente mondialement un modèle d’entente entre des peuples issus de différentes cultures, différentes religions et différentes couleurs. C’est un fait indéniable et vous pourrez remarquer la réelle courtoisie qui existe entre les uns et les autres malgré des différences qui ont de lourdes conséquences ailleurs dans le monde, la religion en tête de liste, l’appartenance ethnique venant rapidement derrière.

Mais malgré cette entente apparente, il y a une forme de communalisme, en gros chacun sa communauté et on ne se mélange pas si facilement que ça. C’est un peu paradoxal mais c’est malheureusement une réalité et même si vous pourrez voir des couples mixtes, ce n’est pas forcément toujours très bien accepté par les familles.

Le poids du regard des autres

Voilà un élément qui me perturbe toujours beaucoup car il n’a pas la même signification en France qu’ici, consumérisme à outrance ou éducation ? Je n’ai toujours pas de réponse à cette question. Mais toujours est-il qu’à Maurice, le regard des autres a une très grande importance dans les décisions qui sont prises. Comment ma communauté va me percevoir ? Comment ma famille va me percevoir ? Comment mes voisins vont me percevoir ? Ce regard des autres dicte la conduite de beaucoup de Mauriciens et j’ai pu remarquer que beaucoup en souffrent.

Ainsi un groupe de jeunes qui se promènent ensemble, c’est quelque chose de naturel, même si ce groupe est composé d’hommes et de femmes, par contre un homme et une femme qui sont vues régulièrement ensemble vont alimenter tous les ragots. Un peu comme si l’amitié homme/femme ne pouvait pas exister.

Il en va de même pour l’homosexualité qui est sujet particulièrement épineux, entre la religion, les traditions, il est difficile pour un homme ou une femme homosexuelle de trouver sa place dans cette société et d’être accepté par les autres, vivons cachés, vivons heureux….. Notez que la sodomie est une pratique illégale dans un couple homosexuel ou non.

Le sexe est également un sujet plus ou moins tabou, pourtant les Mauriciens dans leur ensemble ne sont pas les derniers à s’adonner aux plaisirs de la chair. Par contre il y a une approche au niveau de la sensibilisation sur des sujets graves autour du sexe qui est un peu trop légère, prévention contre les maladies graves comme le VIH par exemple, contraception (alors que l'avortement est interdit à l'Ile Maurice), rapport plus ou moins consentants. Ainsi pour ne pas subir le poids des critiques familiales, plutôt que d’aborder ces sujets essentiels, les jeunes apprennent sur le tas et malheureusement parfois sur le tard.

A l'inverse et c'est tout à fait paradoxal à mes yeux, on acceptera facilement l'union d'un homme âgé avec une toute jeune femme.

Et les étrangers dans tout ça ?

En tant qu’expatrié nous appartenons à une autre forme de communauté, celle des non-mauriciens, nous sommes en quelque sorte « exclus » du système de la pensée collective. Aucun Mauricien n’aura d’attentes envers nous, du moment qu’on ne fait de tort à personne, on ne dérange personne, cela n’affecte donc pas notre existence ou notre façon de vivre. Mais si j’aborde ces différences, c’est que si comme moi vous décidez de vous engager dans une relation avec une Mauricienne ou un Mauricien vous allez devoir faire face au poids du regard des autres. Cela pourra passer par de la jalousie, de l’hypocrisie, du mépris, mais également aussi par de l’acceptation je vous rassure. Toutefois c’est un peu déroutant et il faut bien s’accrocher, être patient, expliquer votre point de vue aux autres, ne pas vous braquer et essayer de ne froisser personne.

En tant qu’étranger, nous avons toujours tendance à venir poser nos valises en terre conquise, mais les Mauriciens ne sont pas des Européens, ils ont des influences culturelles, d’Asie, d’Afrique et d’Europe, le tout mélangé et assaisonné  aux couleurs locales, ne leur demandez pas de comprendre votre mode de pensée et de s’adapter à vous. Faites plutôt l’effort de comprendre leur fonctionnement et de faire preuve de tolérance sur les différences qui existent entre chaque peuple et chaque nation.