moi_je

On peut également remplacer ce titre par :

  • Ne passez pas pour un colon en puissance
  • Ne passez pas pour un « Grand Noir »
  • Ne passez pas pour un « Bel Mari »

Cet article un peu particulier traite d’un point culturel qui diffère énormément entre la France et l’Ile Maurice, avoir conscience de cette différence pourra vous éviter bien des mésaventures, tant sur le plan professionnel, que sur le plan personnel.

En France, ne pas s’exprimer, ne pas avoir d’opinion, ne pas savoir défendre cette opinion et la crier sur tous les toits, c’est un aveu de faiblesse.

Dès notre plus jeune âge, on nous demande de nous exprimer, de véhiculer notre pensée, aussi bien à la maison, qu’à l’école et même si on a tort ce n’est pas très grave l’important est de défendre ce que l’on pense.

Plus tard, vous risquez de passer pour un imbécile si vous ne savez pas écouter les arguments des autres, mais on dira de vous, il a un fort caractère, ce qui est une semi-critique à la fois positive et négative.

Attention nos cultures diffèrent énormément !

L’argumentation facile, le débat passionné ou même le second degré ne sont pas des éléments qui définissent la grande majorité des Mauriciens.

La question n’est pas de savoir si les Mauriciens ont tort ou raison de ne pas débattre pendant des heures autour de tous les sujets, mais bien de comprendre que ce n’est pas dans la nature du plus grand nombre.

Ainsi si vous arrivez avec gros sabots (rassurez-vous je suis le premier à le faire) en étalant votre science, vos connaissances et en argumentant à en perdre la voix, vous aurez très souvent devant vous un mur de silence, voir du dépit ou du rejet de la part de vos interlocuteurs.

Une fausse timidité qui prend ses racines dans l’histoire

Vous pourrez également faire face à des situations où vous aurez le sentiment qu’une personne est timide, qu’elle n’ose pas vous parler, dans un sens c’est un peu vrai. Mais la réalité c’est que vous avez une étiquette collée sur votre front, vous êtes blancs, vous êtes étrangers, vous avez une grande gueule et personne n’a envie de passer pour un con, les Mauriciens ne font pas exception à la règle. Ainsi plutôt que de dire quelque chose de stupide, contrairement à nous, la majorité va préférer se murer dans un silence pesant.

Si vous souhaitez passer outre, cette problématique, à vous de montrer que vous n’êtes pas le grand méchant loup, que vous savez écouter, comprendre, que vous savez vous exprimer autrement que par une recherche perpétuelle du débat, afin de savoir qui a raison.

Il faut comprendre, que bien que l’époque de l’esclavagisme est lointaine, l’époque des riches dominants, très souvent blancs, qui exigent et qui obtiennent, n’est pas si lointaine que ça. Ainsi la très grande majorité de la population Mauricienne a conservé dans un coin de son esprit cette tendance à ne pas s’exprimer pour éviter des retombés qui pouvaient être fort déplaisantes.

Comprenez bien, qu’aujourd’hui encore, faire une remarque à certains blancs Mauriciens, dans le cadre professionnel par exemple, remettre en question sa toute suprématie peut purement et simplement vous conduire à un licenciement ou à être « limogé » en public pour vous montrer que vous n’avez pas votre mot à dire. Bien sur cette attitude de petits chefs n’est pas propre à Maurice, mais c’est malheureusement une tendance réelle qui entretient la nature du plus grand nombre à s’exprimer sous cape.

Sur le plan du quotidien cela donne quoi ?

Bon je vous rassure, tout de suite, si vous faites votre vie avec un Mauricien ou une Mauricienne, cette problématique ne se posera plus. Par contre vous risquez de la rencontrer à d’autres moments, des réunions de famille, des sorties entre amis où la majorité des personnes présentes seront des Mauriciens.

Vous devrez en permanence établir un dialogue rassurant, n’invitant pas au débat, en évitant d’être frontal, en acceptant de pénétrer dans la zone de confort de beaucoup de Mauriciens où l’on parle de tout et de rien, sans se prendre la tête, avec légèreté et sans s’engager.

Si ceci ne vous convient pas, vous aurez fort à faire et je vous recommande dans ce cas, de particulièrement bien choisir la personne avec qui vous allez partager votre vie, car à Maurice on « épouse » également la famille !